print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2017-2018 > : Caractérisation de l’activation leucocytaire physiologique ou (...)

 : Caractérisation de l’activation leucocytaire physiologique ou physiopathologique dans la décidue au cours de la gestation

proposé par Céline MEHATS, Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction Institut Cochin Inserm U-101624, rue du Fbg Saint Jacques, 75014 Paris

Projet de stage : Les causes de l’accouchement spontané restent largement inconnues dans l’espèce humaine. La mise en route du travail obstétrical est actuellement décrite comme une transition d’un état quiescent vers un état pro-inflammatoire des tissus gestationnels. Le signal à l’origine de cette inflammation stérile reste à découvrir. Récemment, nous avons montré qu’une activation immune précède l’accouchement dans la décidue humaine en regard du col utérin. Nous avons mis en évidence, par analyse transcriptomique, une signature moléculaire sans ambiguïté d’un processus apparenté à un rejet de greffe, observée uniquement à terme. Des analyses préliminaires suggèrent des changements phénotypiques de Lymphocytes T et de cellules présentatrices d’antigènes en fin de gestation et l’expression différentielle de facteurs de transcription impliqués dans la surveillance immunitaire au sein des tissus (lymphocytes résidents), tels que IRF8 ou ZNF683/Hobit. Ce stage aura pour objet d’identifier et caractériser les cellules immunes exprimant ces facteurs de transcription en fin de grossesse chez la femme par cytométrie de flux multiparamétriques et analyse non supervisée type SPADE afin d’extraire une hiérarchie des types cellulaires à l’ échelle de la cellule unique. A partir du modèle murin du laboratoire -souris prééclamptiques STOX-, nous rechercherons à identifier et caractériser ces cellules au cours des étapes de l’implantation et de la placentation précoce dans un contexte de pathologie obstétricale. Dans ce modèle murin, la surexpression du facteur de transcription STOX1 dans l’unité foeto-placentaire entraîne une hypertension chez la mère dans les premiers jours suivant la fécondation avant la formation du placenta, ouvrant l’accent sur la possibilité d’une origine immune des symptômes prééclamptiques.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Isolation cellulaire à partir de tissus utérins humain et murin, Croisement de souris, immuno-histochimie, Cytométrie de flux, RT-PCR, analyses bioinformatiques non supervisées et supervisées.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --