print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2015-2016 > Cellules souches de la gamétogenèse : nouvelles ressources biotechnologiques (...)

Cellules souches de la gamétogenèse : nouvelles ressources biotechnologiques pour maîtriser la reproduction chez les poissons.

proposé par Florence LE GAC, Laboratoire de Physiologie et Génomique des Poissons, INRA, Campus de Beaulieu, 35042 Rennes

Projet de stage : La puberté débute par l’initiation de la gamétogenèse qui repose sur l’auto-renouvèlement et le recrutement des cellules germinales souches adultes (GSC = Germ Stem Cells). Ces GSC vont générer des cellules progénétrices (spermatogonies ou ovogonies différenciées) engagées vers une différenciation progressive en gamètes. Notre équipe a récemment caractérisé au niveau morphologique et moléculaire une population de GSC potentielles chez la truite (Bellaiche et al 2014a, 2014b) et le poisson zèbre (non publié). Nous avons caractérisé leur nature de cellules souches par transplantation, en démontrant leur aptitude à coloniser les gonades d’embryons receveurs et à produire des gamètes. Les données acquises antérieurement au sein de l’équipe suggèrent que l’hormone gonadotrope Fsh est impliquée dans le contrôle des proliférations des spermatogonies de truite, mais de manière très indirecte en raison notamment de l’absence de récepteur de la Fsh sur ces cellules GSC (Sambroni et al. 2012 et 2013). Le contrôle du destin des GSC (autorenouvèlement ou proliferation/differenciation) constitue un verrou à lever pour l’exploitation biotechnologique de ces ressources. Le stagiaire participera 1-aux travaux sur les mécanismes qui relaient l’action de la Fsh au sein de la niche germinale pour réguler le devenir des cellules germinales souches et 2-aux travaux concernant l’application biotechnologique des acquis de l’équipe concernant la purification et la transplantation des cellules souche pour la conservation et la régénération de lignées isogéniques.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : 1) Isolement de cellules germinales souches à partir d’une lignée donneuse isogénique puis transplantation dans des embryons d’une souche de truite receveuse phénotypiquement reconnaissable 2) Analyse par génotypage du succès des transplantations Prélèvements de gonades sous loupe binoculaire ; extractions d’’ARN ; PCR quantitative en temps réel et/ou PCR standard 3) Mise au point du génotypage par marqueurs génétiques pour mesurer la présence de cellules donneuses dans les gonades des receveurs.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --