print

> Stages de M1 > Stages proposés pour l’année 2012-2013. > Cerveau et comportement sexuel : distribution des récepteurs des hormones (...)

Cerveau et comportement sexuel : distribution des récepteurs des hormones stéroïdes sexuelles

proposé par Valérie Messent, INSERM-CNRS, Paris

Projet de stage :

Outre leur rôle dans les fonctions périphériques de reproduction, les hormones stéroïdes sexuelles sont également impliquées dans l’organisation du système nerveux central. Ainsi, chez le male, la testostérone, exerce dans le système nerveux central des fonctions organisatrices au cours du développement et jusqu’à la puberté, et activatrices à l’âge adulte, via son récepteur, les récepteurs des androgènes (AR), ou les récepteurs des oestrogènes ERα et ERβ. La testostérone peut être en effet métabolisée dans le SNC en oestradiol via l’activité de l’aromatase cytochrome P450. Ainsi, cette hormone participe de manière irréversible à la mise en place des structures nerveuses impliquées dans l’expression des comportements liés à la reproduction (comportement sexuel, préférence olfactive et choix du partenaire, comportement agressif..). Chez la femelle, l’oestradiol joue également un rôle important à l’age adulte dans l’activation des comportements de reproduction et de l’axe hypothalamo-gonadotrope. Des données récentes lui attribuent également un rôle dans la féminisation du cerveau femelle pendant la période pré-pubertaire. Mais la contribution relative de chaque récepteur dans les effets de la testostérone et de l’oestradiol dans la régulation croisée potentielle entre ces voies de signalisation, n’est pas encore bien connue. Les 3 types de récepteurs sont présents dans le cerveau femelle. Notre équipe a récemment généré une lignée de souris transgéniques invalidées pour le récepteur des oestrogènes de type β (ERβ) sélectivement dans le système nerveux central afin d’étudier le rôle organisationnel et activationnel de ce récepteur sur les réseaux neuronaux mis en jeu dans les comportements de reproduction.

Dans ce contexte, le projet proposé a pour but d’établir la cartographie de la distribution cellulaire et subcellulaire de l’AR chez les souris mâles et femelles mutantes ERβ, comparée à celle des souris mâles et femelles contrôles.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire :

Ce travail combinera des approches d’immunocytologie, en microscopie optique et en microscopie électronique à transmission, et pourra permettre une reconstruction en 3D pour mettre en perspective les modifications observées.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --