print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2020-2021 > Développement d’organoïdes d’oviducte bovin comme alternative aux cultures (...)

Développement d’organoïdes d’oviducte bovin comme alternative aux cultures primaires.

proposé par Marie Saint-Dizier & Karine Reynaud, Centre INRAe Val-de-Loire, UMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements, Nouzilly (37)

Projet de stage : Chez les mammifères, la maturation finale et le transport des gamètes, la fécondation et le développement embryonnaire précoce ont lieu au sein de l’oviducte, organe essentiel à la fertilité femelle. En utilisant des cultures primaires de cellules épithéliales d’oviducte bovin (BOEC), des effets bénéfiques des BOEC sur la capacité fécondante des spermatozoïdes et le développement embryonnaire précoce ont été mis en évidence. Cependant, les cultures primaires de BOEC se différencient rapidement et perdent en quelques jours leurs caractéristiques morphologiques et fonctionnelles. En outre, le maintien de ce modèle nécessite la collecte fréquente de tractus génitaux dans les abattoirs, posant des problèmes réglementaires et techniques. La mise au point d’un modèle plus physiologique, sans le recours à l’expérimentation animale, est nécessaire. Les organoïdes sont des structures tridimensionnelles se développant in vitro à partir de cellules souches et reproduisant la micro-anatomie d’un organe grâce à leurs propriétés de renouvellement et de différenciation. Des organoïdes d’oviducte ont été très récemment décrits chez l’homme et la souris. Sur la base de ces travaux, une seule cellule souche adulte peut donner naissance à un organoïde sphérique composé à la fois de cellules ciliées et de cellules sécrétrices, reproduisant ainsi le phénotype de l’épithélium tubaire in vivo. Par rapport à l’humain et à la souris, l’oviducte bovin présente des particularités anatomiques (épaisseur du stroma, richesse de l’épithélium en cellules ciliées) et physiologiques (niveaux élevés d’hormones stéroidiennes, marqueurs protéiques) nécessitant une adaptation du protocole décrit dans la littérature. Dans le cadre d’un travail préliminaire, nous avons obtenu des organoïdes d’oviducte bovin qui se maintiennent en culture pendant plusieurs semaines. L’objectif du stage est de caractériser la différenciation des cellules au sein des organoïdes (par immunohistochimie et western blot) avec ou sans stimulation hormonale mimant le cycle estrien et de comparer ce nouveau modèle aux cellules épithéliales tubaires collectés aux mêmes stades. Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Culture de cellules et d’organoides d’oviducte, immunohistochimie, microscopie confocale, western-blot.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --