print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2020-2021 > Etude de la pathogenèse de l’infertilité via le système immunitaire dans (...)

Etude de la pathogenèse de l’infertilité via le système immunitaire dans l’adénomyose  : étude expérimentale menée sur un modèle murin

proposé par BOURDON Mathilde,Institut COCHIN Paris, département 3I 22 rue Mechian 75014

Projet de stage : L’adénomyose est une pathologie gynécologique bénigne et fréquente affectant 20-30% des femmes, responsable de douleurs pelviennes, de saignements anormaux et d’infertilité. Les traitements disponibles à l’heure actuelles sont symptomatiques – hormonaux ou chirurgicaux – empêchant une fertilité spontanée. L’adénomyose se caractérise histologiquement par la présence de cellules endométriales dans l’endomètre. De multiples modifications immunitaires ont été mises en évidence chez les patientes présentant de l’adénomyose, néanmoins sa physiopathologie demeure incertaine et l’implication de modifications immunitaires dans la survenue des symptômes n’est pas connue. Dans notre travail, nous avons pour objectif d’étudier les modifications immunitaires de l’utérus lors de la période implantatoire sur un modèle murin d’adénomyose, afin de préciser leurs impacts potentiels sur la fertilité et notamment sur la survenue de fausses couches précoces. Ce travail sera réparti en 2 étapes. Premièrement nous étudierons la prévalence des résorptions dans le modèle murin d’adénomyose. Des échographies seront réalisées au cours de la gestation (J7,5 et J11,5) afin d’étudier le nombre d’implantations et de résorptions chez les souris adénomyosiques et dans le groupe contrôle (sans adénomyose). Après J18,5 de gestation les souris seront sacrifiées afin de quantifier le nombre de fœtus et leur poids et de réaliser une analyse histologique des placentas. La deuxième partie étudiera la phase implantatoire. Chaque souris des groupes adénomyose et contrôle seront sacrifiées à J4,5 de gestation afin de réaliser différents prélèvements (utérus, rate, sang). Une étude histologique sera réalisée sur l’utérus afin de confirmer la présence d’adénomyose. Une étude quantitative des cellules immunitaires sur les différents prélèvements sera réalisée par méthode de FACS. Une analyse du profil cytokinique sera étudié sur les différents prélèvements par méthode ELISA. Une analyse moléculaire sera réalisée afin de détecter des variations du taux de l’expression des gènes, mais également l’identification de variants d’épissages (connus ou nouveaux ; ainsi que leur taux d’expression) et les polymorphismes nucléotidiques des régions codantes. Nous espérons que cette étude sur modèle animal nous permettra de mieux comprendre la pathogénèse sur l’infertilité de l’adénomyose via le système immunitaire afin de trouver une thérapie ciblée. Techniques mises en œuvre par le stagiaire :
- Réalisation d’échographie
- Analyse histologique sur lame
- Analyse immunologique par méthode ELISA
- Analyse quantitative cellulaire par méthode de FACS
- Analyse moléculaire pour étude de l’expression des gènes

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --