print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2014-2015 > Etude de la protéine MmORF23 impliqué en méiose

Etude de la protéine MmORF23 impliqué en méiose

proposé par Corinne Grey, IGH UPR 1142, 34396 Montpellier

Projet de stage

La ségrégation correcte des chromosomes homologues en méiose dépend de plusieurs événements clés tels que le la formation de crossing-over, la cohésion des chromatides sœurs et l’attachement monopolaire de kinetochores, permettant la bi-orientation des chromosomes recombinés. Dans notre équipe, nous étudions les acteurs impliqués dans la formation de cassures double brin méiotiques. Récemment, grâce à un crible de double hybride utilisant comme appât les protéines MEI4 et MmREC114 qui font partie de la machinerie de formation de cassures double brin, nous avons identifié la protéine ORF23 comme partenaire d’interaction potentiel. Chez la levure S. cerevisiae, les protéines Mei4 et Rec114 forment un complexe avec la protéine Mer2. Les trois protéines sont nécessaires à la formation des cassures double brin méiotiques mais leur rôle reste inconnu. Comme la protéine Mer2, MmORF23 possède deux domaines protéiques "coiled-coil" et son profil d’expression concorde avec un rôle pendant l’initiation de la recombinaison en méiose. Néanmoins, dans les cellules HeLa, l’homologue humain de MmORF23 a un rôle mitotique de stabilisation de l’attachement des microtubules aux kinétochores. Afin de comprendre le rôle de MmORF23 dans la méiose et de tester si cette protéine est effectivement l’orthologue fonctionnel de la protéine Mer2 nous avons généré des souris KO pour le gène D2Erdt750e (C15orf23 murin). Les premières analyses montrent qu’à l’exception d’une réduction de la taille des testicules d’environ 75%, ces souris ne présentent aucun autre phénotype. Les coupes histologiques montrent que deux tiers des tubules séminifères sont anormaux et ne produisent pas de spermatozoïdes fonctionnels. Mais contrairement à ce qui serait attendu si MmORF23 était l’orthologue fonctionnel de Mer2, la prophase I de la méiose et l’induction de CDB semble se dérouler normalement. Afin de résoudre ces contradictions et de comprendre la fonction d’ORF23 ce stage sera axé d’une part sur la caractérisation de l’apparition du phénotype mutant dans les tubules séminifères de ces souris, l’étude de la localisation de la protéine dans les cellules méiotiques et d’autre part l’analyse de l’interaction avec les protéines de la machinerie de l’initiation de la recombinaison en méiose. Les techniques utilisées seront les suivantes :
  Histologie
  Immuno-cytochimie et microscopie à fluorescence
  Western-blot

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --