print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2016-2017 > Etude des mécanismes d’action de la protéine SET dans la régulation de (...)

Etude des mécanismes d’action de la protéine SET dans la régulation de l’expression des gènes des hormones gonadotropes hypophysaires, LH et FSH

proposé par Violaine Simony et David L’Hôte , Unité de Biologie Fonctionnelle et Adaptative, Université Paris7-CNRS UMR 8251, INSERM U 1133, Bâtiment Buffon – Paris 13ème

Projet de stage :

Chez les mammifères, la fonction de reproduction est sous le contrôle de la neurohormone hypothalamique GnRH qui active un récepteur à 7 domaines transmembranaires (R-GnRH) dans les cellules gonadotropes de l’hypophyse. Cette activation conduit à l’expression des hormones gonadotropes LH et FSH dont dépendent la stéroïdogenèse et la gamétogenèse. Nous avons récemment découvert au laboratoire un nouvel acteur de la fonction gonadotrope, la protéine SET. Nos travaux récents suggèrent qu’en plus du rôle membranaire de SET dans la signalisation de la GnRH (Avet et al., 2013), SET participe aux effets nucléaires de la GnRH en régulant la transcription de gènes clefs de la fonction gonadotrope. En effet, nous avons montré pour la première fois un rôle inhibiteur de SET sur la transcription des gènes codant les sous unités β des hormones gonadotropes. Les mécanismes moléculaires de cette inhibition et de sa levée par le GnRH sont encore inconnus. L’objectif de ce stage sera d’évaluer la nature des mécanismes impliqués dans la régulation de l’expression des deux hormones gonadotropes par la protéine SET par des approches de biochimie et de génomique fonctionnelle. Nous évaluerons d’une part l’impact de la GnRH sur l’activité cellulaire de SET, et en particulier sur sa localisation subcellulaire. D’autre part, nous évaluerons la capacité de SET à interagir avec les éléments régulateurs (promoteur/enhancer) situés en amont des gènes LHβ et FSHβ et à réguler les marques épigénétiques des histones présentes dans les promoteurs de ces gènes. Ces différents résultats permettront de mieux comprendre le rôle de SET dans la régulation par la GnRH des gènes des hormones gonadotropes.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Culture cellulaire (lignée gonadotrope LβT2), transfection (plasmides et siRNAs), immunoprécipitation de la chromatine (ChIP), activité de promoteurs, fractionnement subcellulaire, qPCR et techniques de biologie moléculaire

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --