print

> Stages de M1 > Stages proposés pour l’année 2006-2007 > Etude des mécanismes de l’adressage polarisé des récepteurs de la FSH et (...)

Etude des mécanismes de l’adressage polarisé des récepteurs de la FSH et TSH et des altérations de cet adressage en pathologie génétique ou cancéreuse

proposé par Micheline Misrahi, INSERM Récepteurs, Signalisations et Physiopathologie thyroïdienne et de la reproduction . Batiment Pincus RDC bas 80 rue du Général Leclerc. 94275 - Le Kremlin-Bicêtre.

Les récepteurs de la LH, FSH et TSH forment un sous-groupe particulièrement homologue de récepteurs couplés aux protéines G. Ils ont un rôle crucial dans le contrôle de la reproduction et de la fonction de la glande thyroïde. Des anomalies moléculaires de ces récepteurs sont détectées chez des patients infertiles ou ayant une pathologie thyroïdienne (hypo ou hyperthyroïdie). Le projet comprend l’étude d’une particularité originale du trafic de ces récepteurs et l’étude des altérations de ce trafic en pathologie génétique ou cancéreuse.

Les récepteurs de la FSH et de la TSH sont exprimés au niveau du pôle basolatéral des cellules épithéliales thyroïdiennes et de Sertoli du testicule. Le modèle des cellules épithéliales polarisées MDCK a permis d’isoler les signaux d’adressage basolatéral de chacun des trois récepteurs, celui du récepteur de la FSH ayant été le premier signal caractérisé pour un récepteur homonal. Ces signaux ont une localisation intracellulaire inhabituelle commune C-terminale mais sont divergents dans leurs structure primaire et secondaire.

Afin d’identifier les partenaires cellulaires interagissant avec ces signaux pour permettre le tri polarisé des récepteurs des clones interagissant avec les signaux d’adressage basolatéral du récepteur de la FSH et TSH ont été isolés par la technique du double-hybride dans la levure. Ces clones seront analysés. Des anomalies du trafic polarisé du récepteur de la FSH et de la TSH seront recherchés chez des patients ayant des mutations de ces récepteurs ou dans des cancers testiculaires ou thyroïdien. La perte d’un cofacteur cellulaire sera recherchée et le cas échéant cloné par une méthode différentielle.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --