print

> Stages de M2 > stages proposés pour l’année 2019-2020 > Impact du cancer sur la folliculogenèse

Impact du cancer sur la folliculogenèse

proposé par Florence BRUGNON , Laboratoire Biologie de la Reproduction, AMP-CECOS CHU Estaing, 63003 CLERMONT FERRAND CEDEX 1 et Laboratoire « Imagerie Moléculaire et Stratégie Théranostique » (IMoST)-INSERM 1240

Projet de stage :

La congélation des ovocytes par vitrification et la congélation du tissu ovarien permettent actuellement d’offrir la possibilité de préserver la fertilité des femmes et jeunes filles atteintes d’un cancer. Des études récentes tendent à démontrer l’impact délétère du cancer sur la folliculogenèse. Des études préliminaires menées au sein de l’équipe ont permis d’identifier l’implication de la voie de régulation des LXRs dans les cellules de la granulosa pour la reprise de la méiose ovocytaire chez des femmes non infertiles. A notre connaissance, aucune étude n’a été menée pour évaluer l’impact potentiel du cancer sur les régulations de ces voies de signalisation. D’autre part, par des travaux récents, l’équipe s’est intéressée à l’impact du neuroblastome et du sarcome d’Ewing sur la fertilité des jeunes filles. Ces cancers sont les tumeurs solides les plus fréquentes chez le jeune enfant. Par des approches in vitro, nous avons pu mettre au point un système de co-culture de tissu ovarien humain avec des cellules néoplasiques de neuroblastome. Le tissu ovarien utilisé pour ces cultures provient de prélèvements périkystiques.

L’objectif de ce projet est d’évaluer l’impact du cancer sur la folliculogenèse par une approche in vivo et in vitro. L’approche in vivo consistera à analyser si l’expression des transcrits impliqués dans les voies de régulation des LXRs (q-PCR) est modifiée dans les cellules de la granulosa d’ovocytes de patientes atteintes d’un cancer pour lesquelles une préservation de la fertilité est envisagée par vitrification d’ovocytes. Le groupe contrôle sera constitué de cellules de granulosa issues de patientes non infertiles. L’approche in vitro consistera à réaliser une co-culture de tissu ovarien avec des lignées de cellules néoplasiques de neuroblastome (IMR-32, SK-N-SH) et de Sarcome d’Ewing (RDES) afin d’évaluer l’impact de ces cancers sur la reprise de la folliculogenèse in vitro. Une analyse statique permettra d’évaluer la structure histologique en microscopie optique du tissu par l’évaluation de la densité et la morphologie folliculaires. Une analyse fonctionnelle permettra d’évaluer la vitalité folliculaire et la balance prolifération et d’apoptose / d’autophagie par une approche cellulaire (coloration vitale épifluorescente, immunohistochimie, immunofluorescence et western blot) et moléculaire (qPCR).

Techniques mises en œuvre par le stagiaire :
- Biologie cellulaire
- Culture cellulaire
- Culture organotypique
- Histologie et immunohitstochimie
- Biologie moléculaire notamment qPCR

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --