print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2020-2021 > Influence de l’endométriose sur les cellules immunes à l’interface (...)

Influence de l’endométriose sur les cellules immunes à l’interface materno-fœtele et le développement placentaire

proposé par Ludivine Doridot, Institut Cochin, 22 rue Méchain, 75014 Paris

Projet de stage : L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente caractérisée par des douleurs pelviennes et des difficultés à concevoir un enfant. Elle se définit par la présence de tissu endométrial en dehors de l’utérus. Des altérations immunitaires sont impliquées dans sa physiopathologie. Cette maladie est également associée à un risque accru de complications au cours de la grossesse. Pour mieux comprendre cette association, ce projet vise à évaluer comment l’endométriose et l’inflammation chronique qui la caractérise pourraient modifier certaines populations cellulaires au cours de la mise en place du placenta. Pour cela, des modèles murins de grossesse physiologique et de grossesses pathologiques, traitées ou non avec un traitement immunomodulateur, seront utilisés et les interfaces materno-fœtales seront évaluées à un stade précoce de la grossesse par des approches transcriptomiques et de cytométrie en flux. En complément, des expériences de co-cultures de cellules innées entrainées in vitro avec une lignée cellulaire d’endomêtre et/ou une lignée trophoblastique et/ou une lignée de cellules endothéliales humaines, afin d’évaluer comment les cellules innées entrainées peuvent altérer les facteurs sécrétés (VEGF, PlGF, LIF et autres cytokines/chemokines), les capacités migratoires et invasives de ces différents types cellulaires. Cela permettra de mieux comprendre l’implication des différents types cellulaires dans la mise en place du placenta, de mieux appréhender l’influence des conditions pathologiques, ainsi que celle du traitement immunomodulateur. Nos résultats sur la compréhension de l’impact des cellules immunitaire et de l’endométriose sur le développement placentaire devraient ouvrir la voie à de nouveaux traitements, à un diagnostic plus précis et à des soins plus ciblés chez les femmes atteintes par cette maladie invalidante avec un désir de grossesse.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Modèles murins (accouplement, suivi de gestation par echographie, dissection), Cytométrie en flux, Histologie, Techniques de biologie moléculaire (RT-PCR), Culture Cellulaire, Analyse transcriptomique

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --