print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2016-2017 > Rôle de STOX1 dans la prééclampsie et ses altérations cardiovasculaires

Rôle de STOX1 dans la prééclampsie et ses altérations cardiovasculaires

Daniel VAIMAN

Génomique, Epigénétique et Physiopathologie de la Reproduction Institut Cochin Inserm U-1016 24, rue du Fbg Saint Jacques, 75014 Paris France Site internet : http://www.cochin.inserm.fr/ Directeur du Laboratoire : Daniel VAIMAN Directeur de l’Unité : Pierre-Olivier COURAUD


Les programmes de recherche développés dans l’équipe visent à déchiffrer les bases scientifiques de divers aspects de la physiologie de la reproduction et à élucider les mécanismes physiopathologiques impliqués dans les maladies de la reproduction les plus fréquentes. Parmi ces maladies sont la stérilité résultant d’anomalies de la différenciation des spermatozoïdes, l’interaction des gamètes ou des défauts d’implantation et les maladies de la grossesse qui affectent la mère et / ou le fœtus et résultant de défauts d’implantation de l’embryon, d’un dysfonctionnement de l’utérus ou extra-embryonnaires, des anomalies du développement tissulaire Projet de stage : La prééclampsie est une maladie majeure de la grossesse, dans laquelle le gène STOX1 a été impliqué. Des souris transgénique exprimant STOX1 en grande quantité reproduisent le phénotype prééclamptique. Le but de ce projet est de mieux comprendre la fonction moélculaire et cellulaire de STOX1, et d’étudier les altérations cardiovasculaires induites par une grossesse prééclamptique chez les souris transgéniques, longtemps après une grossesse pathologique. La fonction cardiaque et l’épigénétique du coeur seront étudiés six mois après la grossesse par des techniques physiologiques et moléculaire à haut débit.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire :
- Mesure de la tension artérielle des souris, et de leur protéinurie gestationnelle
- Analyse transcriptomique et épigénétique à haut débit en utilisant des puces d’expression et la tehncique RRBS-methyl-seq Les puces utilisées renseigneront en parallèle sur l’expression des gènes et de celle des micros ARN. L’ADN sera obtenu de façon à étudier par Methyl seq utilisant le Sure-Select Methyl seq (Agilent) pour le génome murin.
- La validation des résultats des microarrays sera réalisée par qRT-PCR par organe. Une validation histologique par immunohistochimie sera réalisée pour 5 à 10 protéines d’intérêt codées par les gènes les plus modifiés, si on en détecte.
- Une panoplie des outils bioinformatiques les plus récents sera utilisée pour l’analyse des données en cas de différences d’expression ou de méthylation (DAVID, Genomatix, Ingenuity, Cytoscape, Arraymining, iRegulon, GSEA).

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --