print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2011-2012 > Interactions entre VIH-1 et cellules germinales testiculaires (...)

Interactions entre VIH-1 et cellules germinales testiculaires humaines

proposé par Nathalie Dejucq-Rainsford, INSERM, Rennes

Projet de stage : Plus de 80% des nouvelles infections par le VIH-1 sont acquises par voie sexuelle. La plupart des infections résultent de l’exposition au sperme infecté, ce qui fait du sperme le principal vecteur de dissémination du VIH. Les investigations menées par notre groupe quant à l’origine du VIH-1 dans le sperme ont révélé une infection productive de VIH-1 au niveau testiculaire et, de façon importante, une présence de matériel viral (ARN et protéines) associé aux cellules germinales dans cet organe. Par ailleurs, plusieurs études ont maintenant démontré que le VIH1 s’attache in vitro à la surface des spermatozoïdes isolés de patients sains, de telles cellules ne représentant cependant pas une cible permissive au virus. En revanche, chez des patients infectés, la présence de matériel viral au sein de spermatozoïdes avec une morphologie anormale a pu être détectée par des techniques très sensibles de PCR. Une altération de la qualité du sperme chez des patients infectés, en phase asymptomatique, a par ailleurs été rapportée. Ces différentes données suggèrent donc fortement l’infection testiculaire des cellules progénitrices de spermatozoïdes, à savoir les cellules germinales testiculaires. Dans ce contexte, notre projet vise à définir la nature des interactions entre le VIH-1 et les cellules germinales testiculaires. Cette étude, réalisée sur des cellules germinales et, à titre de contrôle, sur des spermatozoïdes humains isolés, est abordée sous différents angles incluant la recherche de l’expression des récepteurs/co-récepteurs du VIH-1, leur capacité à fixer le virus et à supporter l’entrée et différentes étapes du cycle viral. La survie des cellules germinales en culture étant très limitée et incompatible avec la cinétique de réplication complète du VIH, un système de co-culture est développé au sein du groupe afin de permettre leur maintien et différenciation sur une période de culture qui soit compatible avec l’étude de la réplication du VIH.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : préparation de cellules germinales humaines, culture cellulaire, cytométrie de flux, western-blot, tri cellulaire, microscopie, vecteurs lentiviraux pseudotypés, production de virus,, techniques de PCR.

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --