print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2013-2014 > Mise au point et caractérisation d’un modèle lapin d’hypoperfusion (...)

Mise au point et caractérisation d’un modèle lapin d’hypoperfusion placentaire

proposé par Anne Tarrade et Pascale Chavatte-Palmer, UMR Biologie du Développement et Reproduction 78352 JOUY EN JOSAS

Projet de stage : Ce projet s’inscrit dans un projet de la fondation PremUp qui a pour objet d’étudier les effets à long terme du retard de croissance intra-utérine (RCIU) d’origine vasculaire placentaire. En effet, Les défauts de perfusion placentaire compliquent environ 4 à 7% des grossesses chez l’Homme. Ils peuvent entraîner un RCIU et/ou une pré-éclampsie, deux complications responsables d’une grande partie de la morbidité et de la mortalité pré et périnatale Dans la recherche biomédicale, les modèles animaux de RCIU sont nombreux mais la plupart sont obtenus par restriction alimentaire globale ou par restriction protéique chez la mère, ce qui ne correspond pas à l’étiologie la plus courante chez la femme. Les modèles animaux de RCIU d’origine vasculaire sont rares, d’autant plus que la pré-éclampsie n’existe pas chez l’animal, en dehors de quelques rares modèles KO murins. Les plus fréquents sont les modèles de ligature en masse de l’artère utérine, surtout utilisés chez le rat, mais ces modèles sont controversés car ils n’entrainent pas forcément un retard de croissance chez les descendants. Le lapin est un modèle particulièrement pertinent pour l’étude de la fonction placentaire et du développement fœtal du fait de ses particularités anatomiques et physiologiques (placenta hémo-dichorial, taille suffisante pour de la chirurgie fine et de l’échographie…). Un modèle pharmacologique a déjà été développé (Lecarpentier et al. 2012) mais il apparaît plus pertinent de développer un modèle chirurgical de restriction de la vascularisation placentaire car les agents pharmacologiques passent la barrière placentaire. Dans ce contexte, nous proposons de développer deux approches chirurgicales, l’une faisant appel à la ligature d’une partie des artères du méso utérine avant la mise à la reproduction, l’autre via une hémiovariectomie unilatérale comme déjà décrit dans le passé chez le lapin (Blasco et al. J. Anim. Sci. 1994). L’étudiant participera à la prise en charge des différentes approches chirurgicales, il suivra la croissance fœtale par échographie et participera à la collecte des échantillons à 28 jours de gestation. Il analysera les données biométriques ainsi la fonction placentaire.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Chirurgie, écho-Doppler, prélèvements, histologie, immunohistochimie, stéréologie

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --