print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2008-2009 > Modifications métabolique associées au rattrapage post-natal lors du retard (...)

Modifications métabolique associées au rattrapage post-natal lors du retard de croissance intra-utérien (CASyMIR NRJ)

proposé par Claire Levy-Marchal, Unité 690 INSERM, Hôpital Robert Debré, 75935 PARIS Cedex 19

Projet de stage : L’origine foetale des maladies complexes tel que le diabète de type 2 ou le syndrome métabolique est un phénomène connu depuis une quinzaine d’année. L’accélération de croissance durant les premiers mois de vie (dite croissance de rattrapage) chez des enfants nés avec un petit poids de naissance interviendrait de façon majeure dans la constitution des anomalies métaboliques. En effet, seulement 1/3 des sujets nés avec un petit poids de naissance développent des maladies métaboliques. La maigreur à la naissance (en dehors du poids de naissance lui-même), séquelle d’une restriction de croissance foetale ainsi que l’intensité du rattrapage consécutif de compensation) sont deux éléments qui conditionneraient l’insulinorésistance à l’âge adulte.. La croissance de rattrapage s’accompagnerait de modifications du métabolisme favorisant le stockage des nutriments et la croissance du tissu adipeux. Les modifications de la composition corporelle seraient alors à l’origine de l’insulinorésistance. La diminution de la dépense énergétique associée à une modification du niveau d’oxydation des différents substrats favorise le stockage lipidique lors des périodes de regain de poids après une restriction calorique chez les adultes obèses. Un phénomène comparable pourrait avoir lieu chez le nourrisson lors de la croissance de rattrapage. L’objectif de cette étude est de mesurer de façon prospective la cinétique des modifications de la dépense énergétique, du niveau d’oxydation des substrats et de la composition corporelle contemporaines du rattrapage pondéral, à un age de la vie où il est particulièrement intense (première année de vie). Celles-ci qui seront reliées aux conséquences métaboliques précoces (diminution de la sensibilité à l’insuline). Trois groupes de 24 nourrissons chacun, chez qui la croissance fœtale a été mesurée de façon prospective et standardisée seront constitués et observés à 2,4 et 12 mois. Deux groupes seront constitués de nourrissons nés avec un petit poids, associé ou non à une restriction de croissance fœtale. Cette distinction permettra faire la part des rôles respectifs du poids de naissance et de la restriction de croissance fœtale. Le troisième groupe sera un groupe de nourrissons témoins (poids de naissance et croissance fœtale normaux)La dépense énergétique et la composition corporelle seront mesurées par des techniques non invasives utilisant des isotopes stables (eau doublement marquée, acides gras marqués)et déjà validées chez le nouveau-né et le jeune enfant. Le niveau d’oxydation des substrats sera mesuré par calorimétrie indirecte. Ces tests seront réalisés au centre d’investigations cliniques pédiatriques de l’hôpital Rober Debré. La durée de l’étude sera de 2,5 ans. Ce protocole a reçu un avis favorable du CPP Paris-île de France IV.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Calorimétrie, eau doublement marquée, flux métaboliques

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --