print

> Stages de M2 > stages proposés pour l’année 2019-2020 > Préservation de la fertilité féminine : congélation du tissu ovarien humain et (...)

Préservation de la fertilité féminine : congélation du tissu ovarien humain et folliculogénèse in vitro

proposé par Gaëlle MARTEIL, Laboratoire de Biologie de la Reproduction, AMP-CECOS CHU Estaing, , 63003 CLERMONT FERRAND CEDEX 1 et Laboratoire « Imagerie Moléculaire et Stratégie Théranostique » (IMoST)-INSERM 1240 CBRV 63000 Clermont-Ferrand

Projet de stage : La congélation du tissu ovarien en vue d’une future auto-transplantation offre la possibilité de préserver la fertilité des femmes pour lesquelles la stimulation de l’ovulation est contre-indiquée (ex. cancer hormono-dépendant) et pour les jeunes filles pré-pubères. Les récents travaux de notre équipe ont permis de valider des protocoles originaux de congélation lente et de vitrification du tissu ovarien. Néanmoins, ces congélations ont été réalisées à l’aide de supports non-sécurisés (cryotubes vissés). Afin d’éliminer tout risque de contamination, notre équipe souhaite désormais, dans le cadre de ce stage, tester un nouveau tube haute sécurité, sur nos protocoles de congélation (lente et vitrification). Pour comparer l’efficacité de ce nouveau contenant à celle des cryotubes vissés, nous réaliserons une analyse statique (immunohistochimie) et fonctionnelle (culture organotypique, évaluation reprise folliculogenèse, balance prolifération/apoptose) du tissu ovarien humain cryopréservé. L’autotransplantation du tissu ovarien n’est pas envisageable lorsqu’il y a un risque de récidive due à la réintroduction de cellules cancéreuses (ex. leucémie aigüe). Dans ce cas, une alternative pour préserver la fertilité est de mettre en culture du tissu ovarien, d’en isoler des follicules immatures et de cultiver ces derniers in vitro en 3D. Le deuxième objectif de stage est de déterminer les conditions optimales, i.e. type de support, compositions moléculaires et cellulaires, pour la culture 3D des follicules ovariens humains. Pour chaque condition expérimentale, le stagiaire analysera : 1) le nombre et les types de follicules obtenus 2) la balance prolifération/apoptose/autophagie par immuno-histochimie et immuno-fluorescence 3) l’expression des voies de régulation de la folliculogénèse (GDF-9, BMP-15 …) par RT-qPCR.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Culture organotypique Culture cellulaire 3D Immuno-fluorescence Immuno-histochimie, Biologie moléculaire (RT-qPCR)

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --