print

> Stages de M1 > Stages proposés pour l’année 2012-2013. > Régulation de la division cellulaire

Régulation de la division cellulaire

proposé par Odile Mulner-Lorillon, CNRS, Roscoff. Hébergement proposé par le laboratoire d’accueil.

Projet de stage : La thématique de recherche de l’équipe est l’étude des mécanismes moléculaires de la régulation de l’expression des gènes au niveau de la traduction des ARN messagers en protéines. Nous utilisons l’embryon d’oursin qui est historiquement un modèle de choix pour l’étude de la régulation traductionnelle au cours des premières divisions cellulaires après la fécondation (Mathews et al. 2007, in Translational control in biology and medecine, CSH Press, NY, pp369-400). Un acteur clé de la régulation de la traduction est le facteur d’initiation eIF4E (eukaryotic Initiation factor 4E). Il est couramment admis que l’’activité d’eIF4E est régulée principalement par sa séquestration par des protéines inhibitrices, les 4E-BPs (eIF4E-binding proteins), cibles majeures de voies de signalisation cellulaire comme l’axe PI3K/Akt/mTOR. Nous avons démontré un rôle critique de la dégradation de 4E-BP pour libérer eIF4E et induire l’activation de la synthèse protéique dans les embryons après la fécondation. Parallèlement, un rôle de la phosphorylation d’eIF4E par les kinases Mnks (mitogen-activated protein kinases (MAPK)-interacting kinases) dans la fonction d’eIF4E a été largement documenté, mais reste encore inexpliqué et parfois controversé. Nos travaux préliminaires ont démontré que le CG57238, un inhibiteur de Mnk, empêche de façon reproductible le déroulement correcte de la première division après fécondation. De plus, nous avons mis en évidence l’existence d’un pool de eIF4E phosphorylé dans les embryons après fécondation. L’objectif du stage est de caractériser précisément l’effet du CG 57238 dans les embryons d’oursin. Les résultats obtenus permettront de préciser le rôle de Mnk et de la forme phosphorylée de eIF4E dans les mécanismes de régulation de la synthèse protéique au cours de la division cellulaire. Plus encore, compte tenu que eIF4E est reconnu comme un véritable oncogène, nos travaux ont des retombées majeures dans le domaine de la recherche contre le cancer.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Les recherches feront appel à des approches en biologie cellulaire (suivi de cinétique des divisions cellulaires en présence de l’inhibiteur à différentes doses et à différents moments après fécondation, suivi du stade du cycle et de la localisation des acteurs moléculaires en immunofluorescence, transformation des embryons par microinjection de messagers ou de protéines recombinantes , ….), à des approches biochimiques (étude de la phosphorylation de protéines par immunorévélation ou marquage radioactif, suivi de la synthèse protéique in vivo ou en lysat,…) à des approches de biologie moléculaire (production des protéines d’intérêt sauvages ou mutantes sur les sites remarquables, identification de messagers recrutés sur les polysomes par Q-PCR et Northern blot ).

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --