print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2007-2008 > Signalisation de la régulation de facteurs de traduction au cours de cycles (...)

Signalisation de la régulation de facteurs de traduction au cours de cycles cellulaires normaux et après mobilisation des points de contrôle.

proposé par Odile Mulner-Lorillon, Equipe Cycle Cellulaire et Développement, UMR MER & SANTE, CNRS/UPMC 7150, Station Biologique, BP 74, Place Georges Tessier, 29682 ROSCOFF Cedex

Projet de stage : Il est impératif que la prolifération cellulaire soit sous contrôle de mécanismes prévenant les divisions anormales ou anarchiques à l’origine des cancers. La caractérisation moléculaire de ces mécanismes de surveillance appelés checkpoints est un challenge dans la compréhension de la cancerogenèse. Nous avons montré l’existence, dans l’embryon d’oursin, d’un checkpoint activable par endommagement de l’ADN au cours du premier cycle après fécondation. Parallèlement nos études suggèrent des modifications quantitatives (dégradation/synthèse) et/ou qualitatives (phosphorylation/localisation cellulaire) de facteurs de traduction après fécondation. Le sujet proposé est la caractérisation des modification de deux facteurs d’élongation, le facteur eEF1B, un complexe multimoléculaire qui active eEF1A et le facteur eEF2. Il s’agira d’étudier les changements de structure, de phosphorylation, de localisation des différentes populations de ces facteurs lors du cycle cellulaire normal induit par la fécondation et/ou perturbé après activation du checkpoint, d’analyser le rôle de ces changements sur la traduction des protéines et de caractériser les réseaux de signalisation qui conduisent à ces changements.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Les approches, maitrisées au laboratoire, feront appel à des techniques biochimiques (purification et caractérisations structurales et fonctionnelles de complexes protéiques macromoléculaires, mesures d’activités kinasiques, de synthèse protéique in vivo et en lysat), de biologie cellulaire (immunolocalisation). Elle s’appuyeront sur les données obtenues sur le génome complet de l’oursin, en particulier pour la production de protéines recombinantes taggées ET/ou mutées, d’anticorps et d’oligonucléotides (morpholinos ou antisens) qui s’avèreraient nécessaires

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --