print

> Stages de M2 > Liste des stages proposés pour l’année 2014-2015 > Statut oxydatif du trophoblaste au cours du développement placentaire (...)

Statut oxydatif du trophoblaste au cours du développement placentaire humain

proposé par Amal Zerrad-Saadi , UMR-S 1139 « physiopathologie et pharmacotoxicologie placentaire humaine » Université Paris Descartes Faculté de pharmacie 75006 Paris

Projet de stage :

Composé de nombreux types cellulaires, le placenta humain est un organe complexe dont la structure et les fonctions physiologiques évoluent durant la grossesse. Les premiers stades du développement du placenta se déroulent dans un environnement pauvre en oxygène (2-3% ; 20 mmHg). En effet, la chambre intervilleuse dans laquelle baignent les villosités choriales est protégée par des bouchons trophoblastiques. Ces bouchons localisés dans la lumière des vaisseaux sanguins, obstruent les artères et veines présentes, empêchant ainsi le sang maternel de se déverser dans la chambre intervilleuse. Les bouchons trophoblastiques se délitent progressivement permettant l’entrée du sang maternel dans la chambre intervilleuse à partir de la 10ème semaine d’aménorrhée (SA). La pression partielle en O2 augmente alors pour atteindre 80 mmHg (8-9% d’oxygène) à 12 SA, induisant un stress oxydant déséquilibrant la balance oxydative. Le trophoblaste doit donc s’adapter à ce nouvel environnement physiologique afin de limiter les perturbations du développement placentaire. L’objectif de cette étude est de caractériser les mécanismes d’adaptation du trophoblaste face à l’impact d’un changement de l’environnement physiologique (concentration en oxygène) au sein de la chambre intervilleuse. Dans un premier temps, nous caractériserons les sources cellulaires (NADPH oxydase, Xanthine Oxydase, etc…) de production des espèces réactives de l’oxygène (ERO) dans le trophoblaste humain au premier trimestre avant et après l’arrivée du sang maternel oxygéné dans la chambre intervilleuse (8-9 SA versus 12-14 SA), par l’étude de l’expression et l’activité des enzymes impliquées dans la production des ERO dans les villosités choriales et les cytotrophoblastes, mais aussi par l’étude de l’expression des transcrits des gènes codant pour ces enzymes pro-oxydantes. Dans un second temps, nous étudierons les facteurs de transcription redox-sensibles activés lors d’un stress oxydant induit par H2O2 sur des villosités choriales et également des cytotrophoblastes, et les voies redox qui y sont associées (HO-1, NF-kB, Nrf2, etc.)

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : culture cellulaire, immunohistochimie, qPCR, dosage enzymatique, immunoblot…

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --