print

> Stages de M2 > stages proposés pour l’année 2019-2020 > Mécanismes d’action des Perturbateurs Endocriniens (PE) sur les cellules (...)

Mécanismes d’action des Perturbateurs Endocriniens (PE) sur les cellules germinales mâles fœtales murines : exemple des bisphénols

proposé par Marie Justine Guerquin , Laboratoire de Développement des Gonades Unité « Stabilité génétique, cellules souches et radiations » UMR E-008 CEA/UP7/UPSud CEA de Fontenay aux Roses

Projet de stage : Le développement des gonades constitue une étape clef pour l’acquisition du potentiel reproducteur de l’individu. Nous avons montré que cellules germinales sont extrêmement sensibles aux Bisphénols (notamment le Bisphénol A). Une des étapes essentielles dans la différenciation semble être la modification des marques épigénétiques. Au cours de leur différenciation les cellules germinales fœtales, subissent de nombreux évènements de reprogrammation épigénétiques. Parmi eux, les cellules germinales subissent un cycle de déméthylation-reméthylation des cytosines. En effet, peu après leur spécification vers le lignage germinal (6-7 jour post conception (jpc) chez la souris), les cellules germinales subissent une déméthylation progressive de leur ADN. Cette déméthylation qui survient précocement (de 8 à 11.5 jpc chez la souris) est globale. Peu de temps après leur arrivée dans les gonades, les cellules germinales mâles subiront rapidement (vers 14,5 jpc chez la souris) une reméthylation de l’ADN signant alors leur différenciation vers la voie mâle. Ces modifications épigénétiques permettent la régulation transcriptionnelle fine des gènes soumis à ces modifications. Nos récents travaux indiquent qu’une exposition fœtale au BPAF ou au BADGE (deux substituts du Bisphénol A) altère le programme de différenciation des cellules germinales mâles murines. Ces défauts s’accompagnent d’une augmentation de lésions à l’ADN associée à un stress oxydatif pouvant entraîner des modifications épigénétiques transmissibles à la descendance. Nous souhaitons identifier si les altérations de différenciation germinale découlent d’une altération de la dynamique de déméthylation. D’autre part, nous souhaitons identifier si ces altérations épigénétiques sont dépendantes de la présence de lésions de l’ADN de type oxydation de base, lésions récurrentes après expositions aux bisphénols. Notre projet repose sur l’exposition de souris gestantes in vivo à un bisphénol susceptible de provoquer un stress oxydatif (BPAF ou le BADGE). Après l’exposition nous nous focaliserons sur les cellules germinales, en évaluant le stress oxydatif et les éventuelles modifications épigénétiques (analyse du methylome). En parallèle, nous utiliserons un modèle de souris invalidées pour la glycosylase (OGG1), enzyme responsable de la réparation de l’oxydation de la guanine (8oxo guanine) qui est la base la plus sensible à l’oxydation. En absence de cette enzyme le stress oxydatif doit être particulièrement important ce qui nous permet d’avoir accès à un modèle génétique de stress oxydatif.

Techniques mises en œuvre par le stagiaire : Microdissection de gonades fœtales murines, tri de cellules par FACS, techniques de biologie moléculaire (RT-PCR), techniques d’histologie (immunohistologie, analyses d’images). Analyse transcriptomique, methylome

Documents joints

- Site propulsé par Spip 1.9 -
-- Master de reproduction et développement - http://www.reprodev.fr --